Un ami vient de me dire que je suis "incassable". Il a raison. C'est évident. Combien de fois déjà aurais-je du mourrir en 42 ans ?

Lorsque ma bouée s'est déglonflée et qu'on m'a repêchée dans la piscine ?

Quand j'ai fait une chute de cheval et que mes jambes ne répondaient plus ? Lorsque j'ai galopé seule en extérieur, que je me suis prise une branche d'arbre au niveau du torse et que mon Bandy m'a trainé sur plusieurs mètres ? Quand Bandy a glissé dans un tournant lors d'un entrainement d'endurance, que j'ai chuté et que ma tête sans protection a frôlé un mur de pierre ? ou encore quand je suis tombée à 2cm d'un pieu en fer toujours seule avec mon fidèle Bandy ?

Quand il y a 20 ans j'ai fait un tonneau avec un cabriolet sur un autoroute ?

Quand 1 an après, je me suis arrêtée à 50cm d'une voiture sur la voie de gauche d'une autoroute car la personne s'était endormie car trop bourrée pour conduire ?

Quand il y a près de 10 ans, j'ai fait une hémorragie interne et que le pronostic vital était engagé ?

Quand aujourd'hui une voiture m'a percutée et que j'ai fini dans un fossé, la tête en bas, prisonnière de ma voiture, coincée et paniquée ?

J'aurais du me méfier quand j'ai rêvé il y quelques jours que j'avais un accident de voiture. Encore un rêve prémonitoire... ca m'avait perturbée et avais espèré que cette fois, ca n'allait pas arriver...

Oui, c'est vrai, je suis une fille plutôt agitée, un peu speed, plutôt casse-cou, qui s'énerve souvent parce que les choses ne vont pas assez vite, une emmerdeuse quoi (mais qui assume, hein ?) mais pourtant ce matin j'étais zen. Je n'avais pas enmené notre fils à l'école parce que j'avais décidé qu'avec une toux pareille, il n'irait pas à la piscine et j'étais partie plus tôt que d'habitude travailler. Il faisait froid, le sol était glissant et je n'étais pas pressée, je roulais à 70, il m'a percuté à 110...

Quand j'ai senti ce choc arrière j'ai simplement dit : "oh merde, pas encore !" et j'ai attendu que ça se passe en espérant trés fort pouvoir revoir mon petit garçon. Je suis partie en tête à queue. J'ai tapé contre le pare-brise et ma voiture a fini par s'immobilier sur le toit, dans le fossé. J'ai mis quelques secondes à reprendre mes esprits. J'étais complétement sonnée, je n'ai rien vu venir, je n'ai rien compris. J'ai détaché ma ceinture et suis tombée sur le pare-brise brisé. J'ai éteint le contact (j'ai pas de si mauvais réflexes finalement) avant de m'apercevoir qu'il était impossible pour moi de sortir du véhicule.

J'ai eu trés peur mais c'est pourtant que ce soir que je pleure sans pouvoir m'arrêter. Je réalise vraiment que j'aurais trés bien pu ne pas être là ce soir ou pire, ne voir qu'un plafond jusqu'à la fin de mes jours. C'est pas pour moi que je pleure, la mort ne me fait pas peur, je suis en paix avec cela mais c'est pour le mal que j'aurais fait à ceux qui restent.

J'ai eu trés peur aussi car j'ai pensé : "et si il avait été avec moi ce matin, à l'arrière sur son réhausseur ?" car si son père n'avait pas était là pour le garder, cela aurait été le cas. Je n'ose imaginer un petit pantin désarticulé. Je n'aurais jamais pu me le pardonner. Mon fils, mon Diego, mon amour, ma seule raison de vivre, mon petit coeur en couleur, si tu savais comme j'ai eu peur pour toi aujourd'hui...

Je crois que les cabriolets, c'est plus pour moi. Je n'ai pas envie de mettre en danger notre fils parce que le danger, c'est aussi les autres sur les routes....

Mon heure n'est pas encore venue. Je suis une chanceuse depuis toujours. Mes anges gardiens sont là et je les remercie profondément de m'avoir permis de rentrer saine et sauve chez moi. Merci à vous deux qui veillent sur moi (vous avez du boulot avec moi) et même si je vous aime trés fort, je n'ai pas envie de venir vous rejoindre tout de suite mais pas trop tard non plus. Juste ce qu'il faut. Ok ?

 

IMG_3233

IMG_3234

IMG_3237